BitcoinBlockchainTechnologie

Pourquoi la Blockchain n’est pas la réponse

Jimmy Song
Développeur et entrepreneur Bitcoin
Auteur du livre « Programming Bitcoin »
@JimmySong

 

Il existe un mythe persistant selon lequel la technologie blockchain est nouvelle et que, si on lui donne suffisamment de temps, quelque chose d’utile autre que l’usage monétaire serait ultimement développé. C’est ce que j’appelle le syndrome « Blockchain, pas Bitcoin » et dans cet article, je vais dissiper le mythe qui dit que la prétendue technologie blockchain est à nos portes, qu’elle va permettre de tout décentraliser, et que c’est une nouvelle technologie révolutionnaire.

“Blockchain, pas Bitcoin” a déjà 5 ans

L’obsession des entreprises pour la blockchain a commencé en 2014, soit peu après que Bitcoin soit devenu populaire. Au lieu de prêter attention à l’argent révolutionnaire, innovant, décentralisé et numériquement rare qu’est le bitcoin, ils ont pris un concept du logiciel et l’ont appelé «blockchain».

Plusieurs groupes commerciaux ont été fondés à cette époque, comme Hyperledger et R3, ainsi que des sociétés comme Digital Asset Holdings, qui ont tenté de créer un marché autour de cette technologie.

Ce qu’ils avaient en commun, c’était l’utilisation du mot “blockchain” comme panacée pour résoudre de nombreux problèmes dans toutes sortes d’industries. Dans le style typique des entreprises, ils ont pris le mot «blockchain» et l’ont modelé pour qu’il corresponde à leur narratif.

L’ignorance rencontre le “hype”

Le battage médiatique et l’intérêt envers le terme «blockchain» vers 2015 fut incroyable. Des tonnes de gens, en particulier ceux avec très peu de connaissances techniques, ayant souvent une vague idée du fonctionnement de Bitcoin, disaient des choses comme: «Je crois en la technologie, mais je ne crois pas en Bitcoin». C’était apparemment la réponse «consensuelle» pour les entreprises et “experts” qui voulaient avoir l’air d’être à la fine pointe de la technologie.

En d’autres termes, endosser «blockchain» et non pas Bitcoin donnait à plusieurs types d’entreprises l’apparence d’expertise et de connaissances sur le sujet, sans toutes les connotations peu recommandables associées à Bitcoin à l’époque. Les actions qui ont suivi ont clairement montré qu’ils n’avaient aucune idée de ce qu’était la blockchain. Ils avaient semé les conséquences de leur propre ignorance.

Leur ignorance a mené vers des ingénieurs médiocres qui comprennent très mal les systèmes d’incitatifs, la théorie des jeux ou même la cryptographie à clé publique qui se font passer pour des experts en blockchain. Ces «experts» ont persuadé le secteur corporatif que la solution aux problèmes majeurs d’un secteur particulier pouvaient être résolus avec une blockchain, des développeurs et de l’argent. Mais nous sommes en avance sur nous-mêmes. Avant que le syndrome «blockchain, pas Bitcoin» ne prenne feu, beaucoup de carburant sous forme de battage médiatique l’avait précédé.

Blockchain : la panacée pour tous les maux

La prétention de la connaissance a conduit à des ouvrages comme The Blockchain Revolution, qui promettaient des solutions pour à peu près à tous les secteurs de l’économie, tout en énonçant juste assez de concepts techniques alléchants en termes suffisamment vagues pour que de nombreux dirigeants sombrent dans la peur adolescente de manquer le bateau de la «technologie blockchain».

Pour être juste, beaucoup ont été séduit par des promesses de solutions aux problèmes réels de leur secteur. Pour les soins de santé, la blockchain permettrait aux donneurs de soins de consulter l’historique des patients au bon moment, sans porter atteinte à la vie privée des patients. Pour le droit, la «blockchain» créerait en quelque sorte des contrats parfaitement équitables sans avoir recours à des avocats coûteux. Pour les chaînes d’approvisionnement, la la blockchain identifierait le fautif lorsque certaines pièces ne répondent pas aux normes ou que le nombre de pièces livrées est insuffisant. Pour l’art, la musique et la télévision, la «blockchain» récompenserait d’une manière ou d’une autre les créateurs de ce qui leur était dû en luttant contre le piratage et en éliminant les intermédiaires. Pour les publicités en ligne, la blockchain rendrait le suivi précis, réduirait la fraude et éliminerait les nombreux intermédiaires qui récoltent collectivement une grande partie des bénéfices. Nous pourrions continuer encore et encore sur les problèmes incroyablement difficiles que la “blockchain” était censée résoudre.

Ce n’est pas un hasard si ces promesses correspondent à des problèmes gigantesques dans chaque secteur. Blockchain est devenue une toile vierge sur laquelle tout problème peut être peint comme pouvant être résolu. Des centaines de startups et de consortiums industriels, dont beaucoup utilisent des ICO, ont promis de résoudre les problèmes d’inefficacité les plus importants de chaque industrie en utilisant la «blockchain».

Beaucoup de ces startups ont été créées par des vétérans d’une industrie donnée qui pensaient qu’il ne manquait que les développeurs pour écrire le système blockchain qui résoudrait tout. Ils ont expliqué qu’ils avaient l’expertise nécessaire pour comprendre la nature des problèmes et qu’il ne suffisait que de quelques experts en blockchain pour améliorer leur secteur et leur permettre de réaliser des bénéfices énormes.

La réalité de la Blockchain

Cela fonctionnerait si seulement ces développeurs pouvaient répondre à ce que les anciens combattants de l’industrie voulaient! Comment pourrait-il être difficile de créer une base de données chiffrée, sans faille, vérifiable, qui exécute des téraoctets de contrats intelligents rapidement et efficacement à l’aide d’oracles qui se vérifient mutuellement utilisant des preuves cryptographiques à divulgation nulle de connaissance ? Quelques lignes de code dans Solidity pourraient sûrement créer un système évolutif, parfaitement correct et maintenable, qui résoudrait les plus gros problèmes de l’industrie X, n’est-ce pas? Et bien non.

La blockchain est devenue un mot à la mode mais vide de sens qui signifie «résoudre le plus grand défi de l’industrie X» en utilisant un jargon sophistiqué pour convaincre les gens que le défi peut être relevé. La réalité était bien différente. Ce que la plupart de ces startups ont découvert, c’est que la blockchain n’est pas une panacée. Ils se sont lancés dans des problèmes que nous connaissions depuis longtemps, comme le problème d’oracle, le problème du consensus, l’analysabilité des contrats Turing-complete ou le problème des passagers clandestins. Il s’avère que la blockchain, loin d’être une panacée, constitue en réalité un obstacle à la création de ces solutions en raison de l’exigence, au moins nominalement, de la décentralisation.

Pour aggraver les choses, les développeurs chargés de créer ces systèmes étaient souvent complètement ignorants des incitatifs en lien avec les utilisateurs et des nœuds et des problèmes possibles dans un environnement conflictuel.

L’échec total

Les résultats de telles manigances sont malheureusement prévisibles. Lorsque vous promettez plus que ce que vous pouvez réaliser avec un talent médiocre dans une technologie que peu de gens comprennent, vous ne pourrez pas livrer sur vos promesses. La plupart de ces efforts n’ont abouti à rien. Les rares créateurs de preuves de concepts ne sont pas devenus des produits à part entière. Les quelques produits lancés ont très peu de succès(moins de 2000 utilisateurs par jour est considéré comme un échec complet pour une application ou un site Web).

Malgré tout cela, les ICO vantant les blockchains décentralisées pour le secteur X, les efforts des blockchains entreprises pour optimiser Y et même les blockchains publiques pour certains services Z continuent d’être vantés comme l’avenir. Différents arguments différents apparaissent généralement lorsque l’écart entre les promesses faites et les résultats livrés est souligné.

Comment pouvez-vous être sûr que rien ne sortira de la technologie blockchain autre que Bitcoin?

C’est vrai, il suffit d’un seul contre-exemple pour réfuter ma thèse selon laquelle la blockchain n’est utile que pour Bitcoin. Cependant, sans bâtardiser le mot blockchain, l’essence de ce qu’il fournit est décentralisé, fait autorité et il coûteux d’en modifier les données. Ce n’est pas une surprise puisque ces propriétés sont exactement ce que vous voulez pour de l’argent comme Bitcoin.

Malheureusement, ce dont les projets non monétaires ont généralement besoin, c’est un logiciel centralisé pour un secteur réglementé, évolutif et qui peut croître facilement. Chaque besoin est beaucoup plus difficile à satisfaire avec une blockchain. En d’autres termes, la blockchain n’est pas le bon outil pour ce travail.

Même si, par miracle, une application populaire est créée sur une blockchain, un équivalent centralisé sans la blockchain superflue sera meilleur marché, plus rapide, plus fiable, plus facile à maintenir tout en ayant exactement les mêmes points de défaillance que la version blockchain «décentralisée». Autrement dit, toute application populaire est vouée à perdre contre un concurrent centralisé en termes de coût, de rapidité, de fonctionnalités et d’échelle.

Tant de gens travaillent là-dessus! Quelque chose doit en sortir.

Beaucoup de gens qui travaillent sur quelque chose ne veut pas dire que leurs désirs deviennent magiquement une réalité (voir: alchimie, fusion à froid, voitures volantes, etc.).

 

C’est même exagéré. Les voitures volantes sont au moins possibles. La plupart des projets blockchain travaillent sur des cercles carrés ou des machines à mouvement perpétuel: des services décentralisés à contrôle centralisé, c’est-à-dire des impossibilités logiques.

J’entends maintenant mes critiques: «Jimmy est contre l’expérimentation, l’entrepreneuriat et les nouvelles expériences!” C’est la fameuse tactique classique de la diversion. L’expérimentation est bien pour commencer. Verser plus d’argent dans des expériences ratées ne mènera à rien. Ces expériences de «blockchain» ont toujours été vaines et ont peu de fondement dans la réalité. Ils sont un gaspillage de capital et d’efforts humains et ne conduisent à aucun produit ou service utile. Tout ce qu’ils font, c’est permettre aux charlatans à la recherche de rente de survivre dans cette “industrie”.

Beaucoup d’argent a été investi! Quelqu’un va finir par sortir quelque chose!

Certains défis d’ingénierie ne sont tout simplement pas une question de financement, mais une d’innovation. Pire, quand une entreprise est menottée parce qu’elle est obligée d’utiliser une technologie particulièrement lourde comme la blockchain, il y a encore moins de chances qu’elle en sorte. C’est l’erreur classique d’une solution à la recherche d’un problème. Et non, plus d’argent ne vous trouvera pas comme par magie un problème de marché rentable pour lequel une blockchain s’avère être la solution la plus optimale.

Conclusion

“Blockchain, et non Bitcoin” n’est pas une idée nouvelle. Les cinq dernières années n’ont donné aucun résultat avec cette technologie dite de «blockchain» et nous ne verrons probablement rien au cours des cinq prochaines années. La seule chose pour laquelle blockchain semble être efficace est de promettre de résoudre d’importants problèmes tout en livrant très peu et en consommant un capital considérable.

La Blockchain est une solution à la recherche d’un problème. Trop de gens ont été ensorcelés par la blockchain et prétendent voir des vêtements sur un empereur nu. Les vêtements imaginaires peuvent sembler être des solutions parfaites aux plus gros problèmes de leur industrie. Malheureusement, les voeux pieux ne sont pas la réalité.

Désolé de porter de mauvaises nouvelles, mais l’empereur est nu ! Blockchain sans Bitcoin est une idée complètement ridicule.

Par Jimmy Song, auteur « Programming Bitcoin » (article original)

Traduit et adapté par Jonathan Hamel, Académie Bitcoin

Commentaires