BitcoinFinances

Bitcoin: Une monnaie plus solide que certains experts ne le laissent croire

Lawrence H. White
Senior Fellow à la Cato Institute
Professeur économie à George Mason University
Auteur (The Clash of Economic Ideas, The Theory of Monetary Institutions, Free Banking in Britain, Competition and Currency)

 

L’historien Harold James de l’Université de Princeton, connu pour ses écrits sur l’étalon-or et sur l’euro, s’est intéressé à Bitcoin dans un récent billet de Project Syndicate sur « The Bitcoin Threat ». Ses commentaires révèlent un nombre surprenant d’idées fausses à propos de Bitcoin et l’histoire de la monnaie privée. Si même un historien universitaire réputé est la proie de ces idées fausses, elles risquent d’être répandues.

Après avoir noté certaines des déclarations optimistes faites au nom des cryptomonnaies et de la technologie blockchain sous-jacente, James nous met en garde:

« Mais d’autres soupçonnent à juste titre que cette nouvelle technologie puisse être manipulée ou abusée. L’argent fait partie du tissu social. Pour la plus grande partie de l’histoire de la civilisation humaine, elle a fourni une base pour la confiance entre les gens et les gouvernements, et entre les individus par l’échange. Il a presque toujours été une expression de la souveraineté, et les monnaies privées ont été très rares. »

Dire que les monnaies émises par les gouvernements ont «fourni une base de confiance» et affirmer que les monnaies privées ne l’ont jamais été constitue un curieux résumé des siècles d’histoire monétaire. Quiconque est familier avec la longue histoire des dépréciations par les monnaies gouvernementales antiques et médiévales, ou avec l’histoire de l’inflation de l’argent fiduciaire par les banques centrales gouvernementales modernes, sait que les gouvernements ont souvent été des émetteurs indignes de confiance. Les souverains ont souvent abusé plutôt que récompensé la confiance dans leur monnaie. (À son crédit, James observe plus tard que « les mauvais états produisent des mauvaises monnaies. »). En effet, un service clé qui attira les commerçants médiévaux vers les banquiers privés était leur alternative de paiement plus fiable aux pièces de monnaie émises par le gouvernement, à savoir un système basé sur le registre où les soldes de comptes transférables étaient libellés en unités de contenu immuable. Les historiens ont ensuite appelé ces unités de comptabilité privées et stables «l’argent fantôme» parce qu’elles n’étaient pas incorporées dans aucun des systèmes monétaires contemporains constamment dégradés.

La déclaration de James selon laquelle « les monnaies privées ont été très rares » est tout simplement fausse. Surprenant venant de la part d’un historien de la finance. Il est vrai que les pièces de monnaie privées en argent et en or étaient historiquement rares, parce que les gouvernements ont légalement réprimé les monnaies privées pour donner à leurs propres monnaies des privilèges de monopole. Mais au cours des XVIIIe et XIXe siècles, le papier monnaie échangeable est devenu plus populaire que les pièces de monnaie dans les économies modernes, et la majorité des billets en circulation dans la plupart des pays étaient constitués de billets de banque émis par des institutions privées. Kurt Schuler et Will McBride rapportent que plus de soixante pays ont eu des périodes de monnaies privées concurrentielles, donc loin d’être un fait « très rare ».

Les billets de banque sont un produit bancaire, et la banque est normalement une affaire privée, il ne devrait donc pas être surprenant que les tous premiers billets connus aient été introduits par des entreprises et non par un gouvernement. Schuler et McBride écrivent que « les premiers vrais billets circulants ont été émis » vers l’année 995 « par des banquiers privés dans la ville de Chengdu » en Chine. De même, « En Europe, les premières véritables notes ont été émises en 1661 par Stockholms Banco, une banque privée autorisée par la Couronne. »

Aux États-Unis, avant la guerre civile, la grande majorité du papier-monnaie était émise par des banques privées à charte d’État. Les seules notes gouvernementales ou quasi gouvernementales étaient celles émises par les première et deuxième Banks of the United States (détenues à 80% par des intérêts privés) et par des banques commerciales appartenant à l’État dans quelques États frontaliers. Après la guerre civile, les banques privées avec des chartes fédérales (les «banques nationales») ont continué à émettre des notes jusque dans les années 1930. Au Royaume-Uni, tous les émetteurs de billets de banque, y compris la Banque d’Angleterre, étaient privés avant la Première Guerre mondiale. Même si nous considérions la BOE comme «non privée» après avoir obtenu des privilèges spéciaux dans la Bank Charter Act de 1844, d’autres sociétés de banque privée ont émis 43% des billets en circulation en 1851 (pour choisir une année du milieu du siècle). Les billets de banque au Canada étaient entièrement privés avant que les provinces (plus tard le Dominion) ne commencent à émettre de petits billets en 1866. Les billets de banque privés ont continué de circuler jusque dans les années 1940.

Parlant du fonctionnement de Bitcoin, James présente des idées fausses supplémentaires. Il affirme que « Bitcoin ressemble à l’or du vingt et unième siècle, et ses créateurs ont même adopté cette analogie. » J’ai présenté ici récemment ce que le système Bitcoin a en commun avec un étalon-or, et comment il diffère de manière importante. La déclaration de James selon laquelle les «créateurs de Bitcoin ont même adopté cette analogie» semble se référer au terme «minage» utilisé métaphoriquement pour désigner le fonctionnement des nœuds de validation Bitcoin. Mais en écrivant que Bitcoin « est produit – ou » miné « – par l’effort, » James semble avoir été induit en erreur par le terme. Le « minage » Bitcoin valide les transactions. Contrairement à l’extraction traditionnelle de l’or, la croissance du nombre de «mineurs» bitcoin n’affecte pas le rythme d’émission des nouveaux bitcoins dans le système. Elle ajoute seulement plus de concurrence pour être le « mineur » qui reçoit la récompense en nouvelles pièces pour traiter le bloc de transaction suivant (en étant le premier à résoudre un problème mathématique, dont la difficulté est ajustée de façon endogène afin que la solution soit produite à un intervalle régulier de dix minutes ). Les nouvelles pièces sont attribuées à un taux prédéterminé par le code source. Ainsi, un nouveau mineur qui ajoute un ordinateur au système « produit » de nouveaux bitcoins attendus pour lui-même (selon la puissance de calcul qu’il apporte), mais pas pour le système dans son ensemble.

La plus dramatique des allégations mal fondées de James se trouve dans l’avant-dernier et ultime paragraphe du billet. Une affirmation alarmiste sans fondements :

Et pourtant, nous avons déjà atteint le point où un crash de Bitcoin pourrait avoir de graves implications globales. L’exposition actuelle des institutions financières à la crypto-monnaie n’est pas claire, et ne serait probablement pas révélée complètement qu’après un désastre financier. Il rappel étrangement 2007 et 2008, quand personne ne savait vraiment où l’exposition à la dette hypothécaire « subprime » finissait par reposer. Jusqu’au crash, on ne pouvait que tenter de deviner quelles institutions pouvaient être insolvables.

James ne cite aucune preuve de l’exposition des institutions financières aux cryptomonnaies. Contrairement aux prêts hypothécaires en 2007, les bilans bancaires commerciaux et d’investissement connus n’indiquent pas d’avoirs importants en actifs de crypto-monnaie par les institutions. Interrogé sur le sujet, le directeur de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a affirmé le 5 février 2018 que l’exposition des banques n’était pas claire: «Disons tout d’abord que nous n’observons pas une détention systémique de devises numériques par des institutions surveillées. » Comme il a ajouté, les banques ne les détiennent pas précisément parce que les cryptocurrencies sont en effet des investissements très risqués. Un blogueur du magazine Forbes disait en décembre, imaginant les pertes bancaires des cryptos, était prêt à reconnaître: «Bien sûr, il s’agit d’un scénario catastrophe et rien n’indique que les grandes banques aient accumulé des positions importantes en Bitcoin ou dans d’autres devises. »

La seule exposition apparente (quoique minuscule) des banques, mentionnée dans les récents bulletins de nouvelles, se fait par l’intermédiaire des clients de cartes de crédit qui achètent des cryptomonnaies. Un hypothétique plongeon dans les prix des cryptos pourrait les mettre en faillite et les forcer à faire défaut sur les paiements de leur solde. Aucun problème de perte de carte de crédit de ce type n’a cependant été signalé, et les banques émettrices de cartes sont pleinement en mesure d’établir et de limiter quantitativement un tel risque. Coindesk rapporte que JPMorgan Chase, Bank of America, Citi et Capital One bloquent maintenant les achats de cryptomonnaie pour leurs clients de cartes de crédit. Bien sûr, les banques plafonnent déjà la taille des lignes de crédit de leurs clients pour limiter le risque de défaut, et facturent des frais supplémentaires lorsqu’elles permettent aux clients de prendre des avances de fonds (limitées).

Une banque qui permet à ses clients d’utiliser une carte de débit ou une autre forme de virement pour acheter des cryptomonnaies, il convient de noter, n’accorde pas de crédit à ces clients et n’expose pas la banque à un risque de pertes associées à ces transactions.

Par contre, en 2007, les organismes de réglementation qui examinaient les bilans vérifiés savaient quelles banques détenaient combien de milliards de dollars en prêts hypothécaires et titres adossés à des créances hypothécaires (MBS). (Certes, les organismes de réglementation ne savaient pas à l’avance à quel point les hypothèques et les titres hypothécaires étaient risqués.) 
Le total des MBS en circulation en 2007 et en 2008 était de plus de 9 billions de dollars, soit dit en passant. Le volume total des cryptomonnaies en circulation aujourd’hui est inférieur à 400 milliards de dollars, soit moins de 1 / 20e de 9 billions de dollars, et les achats de crypto-monnaie sur les soldes de cartes bancaires en circulation ne doivent représenter qu’une infime partie de cela. Encore une fois, il n’y a aucune preuve que des banques ou des banques d’investissement détiennent des positions en cryptomonnaie. Ainsi, la situation d’aujourd’hui n’est guère « étrangement réminiscente » à la crise de 2007-08.

L’expression « institutions financières » utilisée par James couvre plus que les banques, bien sûr. Et il existe un petit nombre d’institutions financières spéculatives qui achètent des cryptomonnaies pour leurs clients, à savoir des hedge funds spécialisés et des sociétés de négoce pour compte propre. Pantera Capital offre un fonds d’investissement de crypto-monnaie de premier plan. Le PDG de Pantera note que le marché crypto est remarquable par l’absence quasi totale d’investisseurs institutionnels:

« C’est une classe d’actifs d’un demi-billion de dollars que personne ne possède … Et Bitcoin est encore tellement ignorée par les investisseurs institutionnels qu’elle évolue à son propre rythme. »

À la mi-décembre, le sommet du prix de Bitcoin des derniers mois, l’entreprise aurait eu environ 2 milliards de dollars sous gestion. La moitié de cette valeur a été perdue, mais sans effets d’entraînement apparents. Les actionnaires de hedge funds sont des individus fortunés qui peuvent se permettre des pertes spéculatives sur des parties de leurs portefeuilles. Contrairement à la crainte de James selon laquelle «un crash de Bitcoin pourrait avoir des implications mondiales sérieuses», la réduction de moitié de la valeur de Bitcoin au cours des deux derniers mois ne montre pas de retombées inquiétantes sur le système financier en général. Il ne fournit aucune raison de restreindre le droit du public d’acheter, de détenir ou d’utiliser des cryptomonnaies.

À propos de Lawrence H. White

Lawrence H. White est Senior Fellow à la Cato Institute et professeur d’économie à George Mason University depuis 2009. Il est également l’auteur de plusieurs livres dont : The Clash of Economic Ideas (Cambridge University Press, 2012), The Theory of Monetary Institutions (Basil Blackwell, 1999), Free Banking in Britain (2nd ed., Institute of Economic Affairs, 1995) et Competition and Currency (NYU Press, 1989). Il est co-éditeur de Renewing the Search for a Monetary Constitution (Cato Institute, 2015) and éditeur de The History of Gold and Silver (3 vols., Pickering and Chatto, 2000), Free Banking (3 vols., Edward Elgar, 1993), et The Crisis in American Banking (NYU Press, 1993). Ses articles sur la théorie monétaire et l’histoire bancaire ont été publié dans American Economic Review, Journal of Money, Credit, and Banking et d’autres publications professionnelles.

White est récipiendaire du 2008 Distinguished Scholar Award of the Association for Private Enterprise Education. Il a été chercheur invité à l’American Institute for Economic Research, conférencier invité à la Banque nationale suisse et chercheur invité à la Federal Reserve Bank d’Atlanta. Il est co-éditeur de la revue en ligne Econ Journal Watch et anime des podcasts bimestriels pour EJW Audio. Il est également membre du groupe de travail sur les marchés financiers du Mercatus Center de l’Université George Mason.

M. White est titulaire d’un BA en économie du Harvard College et d’un doctorat en économie de l’UCLA.

Traduit et publié avec l’autorisation de Center For Monetary and Financial Alternatives du Cato Institute
Article original disponible ici : https://www.alt-m.org/2018/02/22/bitcoin-more-trustworthy-than-some-academic-critics/

Commentaires