BitcoinBlockchainEthereumFinancesTechnologie

Quantifier la valeur de Bitcoin

Noah Ruderman
J’étudie les cryptomonnaies
Études en physiques, mathétmatiques et sciences informatiques
PGP: E59A 3C65 41D7 0FF3 4868 138D 0A4E 8A79 278A 05A0
@devilscompiler

TL;DR 184,000$, peut-être.

La valeur de Bitcoin n’est pas un mystère complet. Les problèmes autour de Bitcoin ont existé depuis l’aube du commerce avec différents moyens d’échange. La valeur de Bitcoin provient en grande partie de présenter une alternative convaincante aux solutions existantes. La valeur de la résolution d’un problème peut être quantifiée avec des heuristiques qui mettent un nombre sur le coût ou le coût de la mise en œuvre d’une solution existante. Nous pouvons attribuer un chiffre sur cet actif en additionnant ces valeurs et en divisant par l’offre totale. Comme les estimations en physique, l’espoir est que le nombre final sera précis jusqu’à un certain ordre de grandeur.

Je commence avec quelques hypothèses:

  • Le principal cas d’utilisation de Bitcoin est un entrepôt de valeur résistant à la censure
  • Bitcoin sera le plus important entrepôt de valeur parmi les cryptomonnaies

Commençons.

Transactions résistantes à la censure pour les institutions et le gouvernement

Le dollar américain occupe une position dominante dans les réserves mondiales. Pour cette raison, les Etats-Unis peuvent unilatéralement imposer des sanctions contre des actions menées entre différents pays.  En raison de la taille du marché, de la liquidité et de la fiabilité en tant que valeur refuge, ignorer complètement le dollars américain n’est pas vraiment une option (voir: piège du dollar). Le deuxième plus important est l’euro. Avec la coopération conjointe entre les États-Unis et l’Union européenne, les sanctions financières peuvent être extrêmement punitives. Il est dans l’intérêt de tout pays qui a déjà été la cible de sanctions financières internationales de trouver des moyens de contourner la capacité des banques américaines à censurer. La Birmanie, la Crimée, Cuba, l’Iran, la Corée du Nord, la Russie, le Soudan et la Syrie sont tous actuellement touchés par les sanctions financières internationales. (Source.) La Russie a la plus grande économie de l’un de ces pays énumérés et je vais utiliser la Russie comme une approximation pour l’ensemble.

La première série de sanctions ciblées contre la Russie a eu lieu en mars 2014. Les sanctions internationales ont coûté au moins 106 milliards de dollars à la Russie de cette date jusqu’à 2015 (source). Il convient de noter que les sanctions ont été plus étendues que les restrictions financières. Par exemple, les sanctions ont limité la capacité de la Russie à importer et exporter des marchandises vers d’autres pays, et Bitcoin ne va pas aider avec cela. L’un des effets les plus importants a probablement été l’investissement étranger direct. Surtout en période de ralentissement économique, de nouvelles liquidités ne peuvent pas entrer dans le pays pour stimuler l’économie. Une estimation de l’impact net des sanctions financières de 2014-2017 a été une réduction de 280 G $ de l’afflux brut de capitaux. (source).

Il y a tellement de facteurs qui entrent en jeu avec les sanctions et les économies qu’une estimation est extrêmement difficile. Par exemple, les sanctions créent une incertitude qui affecte l’investissement étranger d’une manière qui ne soulagerait pas les paiements résistants à la censure.  Je pense que le chiffre de 280 milliards de dollars est une estimation raisonnable à condition que (a) les sanctions contre la Russie ne soient pas levées de sitôt (source); (b) Je n’inclus pas d’autres pays dans cette analyse; (c) et la Russie pourrait encourir des sanctions financières encore plus sévères à l’avenir (voir: élection à venir).

Il est également intéressant de noter que Poutine semble s’intéresser beaucoup plus à Ethereum qu’à Bitcoin, mais je ne l’inclue pas dans cette analyse.

Conclusion: 280 milliards de dollars.

Protection contre l’hyperinflation

L’hyperinflation est toujours un problème aujourd’hui dans les pays en développement où les gouvernements sont souvent corrompus et ineptes. Pendant les périodes d’hyperinflation, afin d’éviter une nouvelle déstabilisation, l’accès à d’autres devises comme l’USD est restreint. Cependant, Bitcoin excelle comme actif résistant à la censure. Ce que nous constatons, c’est que Bitcoin a une solide proposition de valeur ici; Bitcoin n’est pas retenu par l’environnement riche en censure; et les concurrents sont retenus par cet environnement riche en censure.

Je vais supposer que le marché potentiel pour un entrepôt de valeur non-saisissable et non-censurable est la taille de la masse monétaire M1 d’un pays. Je vais juste citer une définition que j’ai trouvée pour M1:

M1 est une mesure de la masse monétaire d’un pays et comprend de l’argent physique – papier et monnaie – ainsi que des comptes chèques, des dépôts à vue et des comptes d’ordre de retrait négociables (NOW).

L’inflation est en fait un transfert de richesse de quiconque possède une partie de la masse monétaire M1 à quiconque contrôle la presse à billets. Selon la théorie quantitative de la monnaie, si l’offre monétaire est doublée en un an (et d’autres facteurs maintenus constants), la valeur de chaque unité de monnaie est la moitié de ce qu’elle était avant toute inflation.

En 2017, les 20 pays affichant les taux d’inflation les plus élevés étaient le Venezuela (650%, 12B M1), le Soudan du Sud (180%, pas de données M1), la République démocratique du Congo (41%, 1,2 M $ M1), la Libye (33% 70,5 M $ M1), l’Angola (31%, 17,9 M $ M1), le Soudan (27%, 6,3 M $ M1), l’Argentine (27%, 60,7 M $ M1), l’Égypte (24%, 41,7 M $ M1), le Suriname (22% , aucune donnée M1), et le Yémen (20%, 5,1 M $ M1), le Burundi (18%, 0,5 M $ M1), le Mozambique (17%, aucune donnée M1), la Sierra Leone (17%, 0,3 M $ M1), le Nigéria ( 16%, 34,1 M $ M1), Haïti (15%, aucune donnée M1), Malawi (13%, 0,7 M $ M1), Ouzbékistan (13%, 2 M $ M1), Ukraine (13%, 20,6 M $ M1), Libéria ( 13%, 0,3 M $ M1), Azerbaïdjan (12%, 5,9 M $ M1). (source, source, source).

Calculant le transfert effectif de richesse en tant que (argent neuf créé) / (nouvelle offre) * (M1 en USD), les chiffres sortent à:

  • Venezuela – 10,4 milliards de dollars
  • République démocratique du Congo – 0,3 milliard de dollars
  • Libye – 17,5 milliards de dollars
  • Angola – 4,2 milliards de dollars
  • Soudan – 1,3 milliard de dollars
  • Argentine – 11,6 milliards de dollars
  • Egypte- 8 milliards de dollars
  • Yémen: 0,9 milliard de dollars
  • Burundi 0,1 G $
  • Sierra Leone 0,0 milliard de dollars
  • Nigéria 4,7 milliards de dollars
  • Malawi 0,1 milliard de dollars
  • Ouzbékistan 0,2 milliard de dollars
  • Ukraine 2,4 milliards de dollars
  • Liberia 0,0 milliard de dollars
  • Azerbaïdjan $ 0.6B

Le nombre final s’élève à 62,3 milliards de dollars. C’est le montant du transfert de richesse involontaire dans les vingt premiers pays ayant le plus d’inflation, à l’exclusion des cas où les données M1 n’étaient pas disponibles.

Conclusion: 62 milliards de dollars.

Un meilleur actif de réserve pour les institutions

Une proposition de valeur intéressante pour les banques ou les gouvernements et la garantie pour les prêts avec un actif non-corrélé et traçable. Les monnaies nationales n’ont pas de valeur intrinsèque et sont liées aux économies. Dans des circonstances économiques incertaines, le gouvernement peut ne pas être en mesure de rembourser les prêts avec sa monnaie nationale ou de réserve, de sorte que les produits de réserve constituent une mesure supplémentaire pour réduire la probabilité de défaillance. Cela permet aux gouvernements d’emprunter de l’argent plus facilement (par exemple vendre des obligations).

Bitcoin possède des propriétés intéressantes qui le rendent avantageux en tant qu’actif de réserve :

  • Coûts de transport faibles (seulement des frais de transaction)
  • Nature sans confiance (pas de banque intermédiaire, donc personne ne peut censurer)
  • Réserve facilement quantifiable à tout moment
  • Calendrier d’émission transparent et prévisible (récompenses minières de nouveaux bitcoins)
  • Coûts de stockage réduits (il suffit de sécuriser les clés)
  • Simple et pas cher à protéger contre le vol par rapport aux actifs physiques
  • Facilité à prouver la solvabilité / la propriété des biens (signer un message arbitraire avec la clé privée)

Chacun des points ci-dessus est une propriété non triviale avec une valeur réelle. Les devises nationales peuvent fournir la plupart des biens qui viennent avec des actifs numériques, mais nécessitent des banques pour faciliter les transactions. Les produits durables comme l’or n’exigent pas de banque pour faciliter les transactions, mais ils sont chers à sécuriser et à transporter, et ils sont difficiles à gérer à l’ère numérique. Les certificats d’or sont beaucoup plus faciles à sécuriser et à transporter, mais nécessitent des tiers comme les banques. Bitcoin agit comme un produit numérique dans la mesure où il s’agit d’un actif numérique rare, principalement fongible, qui ne nécessite pas de banque pour être utilisé ou stocké. Bitcoin c’est l’or numérique.

Les réserves mondiales d’or sont estimées à 33 791 tonnes métriques (source), dont les prix à 1317 dollars l’once troy s’élèvent à environ 1431 milliards de dollars. L’or n’a pas besoin de bouger si souvent, et en raison de l’inertie institutionnelle, l’or ne sera probablement pas vendu pour des cryptomonnaies de sitôt. Cela dit, les cryptomonnaies peuvent fournir une diversification parmi les actifs de réserve comme l’or et les devises étrangères. Le but de ces réserves est de garantir la solvabilité même en période de ralentissement économique, et la diversification constitue un filet de sécurité. Si Bitcoin finit par fonctionner comme un premier entrepôt de valeur, il ne serait pas hors de question de le voir prendre des montants d’allocation non triviaux dans une réserve nationale.

Conclusion: 1431 milliards de dollars

Une nouvelle classe d’actifs incluse dans les portefeuilles pour la diversification

Les cryptomonnaies ont des propriétés qui sont différentes de tous les autres types d’actifs connus. Bitcoin est si facile à transférer en quantités arbitraires que sa commodité rivalise avec des billets papier agissant comme des procurations rachetables pour leur actif sous-jacent. La proposition de valeur de l’argent tel que nous le connaissons est apparue comme un moyen de faciliter les échanges en rattachant un actif à un moyen d’échange très souple avec un tiers. Les cryptomonnaies sont nativement si flexibles qu’elles n’ont pas besoin d’être échangées via des procurations et sont beaucoup plus sûres que les monnaies nationales, les obligations et les notes remboursables.

J’estime qu’investir dans Bitcoin revient un peu à la même chose qu’investir dans l’or. La quantité d’or détenue par les principaux FNB soutenus par l’or est d’environ 2400 tonnes. (source). Supposons que les fonds communs d’or détiennent un montant similaire. Au prix de 1317 $ l’once troy d’or, cela revient à 102 milliards de dollars. Même si une partie de la valeur de l’or vient des utilisations comme les bijoux et pour des applications industrielles, j’inclus le tout parce que si quelqu’un s’intéressait spécifiquement aux bijoux ou aux applications industrielles, il serait trivial d’acheter des FNB dans ces catégories. J’ai l’impression que les FNB aurifères s’adressent en grande partie à des personnes qui investissent dans l’or en tant que valeur refuge, peut-être en partie pour réduire la volatilité de leur portefeuille.

Conclusion: 102 milliards de dollars

Paiements alternatifs, axés sur les paiements transfrontaliers (pas les envois de fonds)

Pour la première fois dans l’histoire humaine, nous pouvons envoyer de l’argent n’importe quand, à n’importe qui dans le monde à la vitesse de l’information. Traditionnellement, l’envoi de devises nationales entre les juridictions a été un point douloureux en raison de l’infrastructure existante et de la réglementation entourant le contrôle des capitaux, etc. Avoir des clients de partout dans le monde peut représenter un problème en terme de perception des paiements pour les commerçants. Steam, une société de jeux, traite avec des clients du monde entier et a accepté Bitcoin pendant quelques années. Je vais utiliser leurs méthodes de paiements acceptés comme un comparatif pour les principaux systèmes en place aujourd’hui. Ils sont: carte de crédit / débit, Paypal, WebMoney, iDeal, paysafecard, Moneybookers, DIRECTebanking.com, les terminaux russes, et les transactions Wallet / in-game.

Paypal a une capitalisation boursière de 93 milliards de dollars. Moneybookers a été renommé à Skrill et acquis par Paysafe Group. Paysafecard est également détenue par Paysafe Group. Paysafe Group a été vendu pour 3 milliards de dollars en 2017. Les autres semblent devenir de plus en plus spécialisés et ne contribuent probablement pas beaucoup à la capitalisation boursière totale.

Conclusion: 96 milliards de dollars.

Une protection contre l’incertitude pour les particuliers

Au début, j’étais sceptique sur le fait que l’or était détenu en quantités importantes comme une sorte de police d’assurance. Peut-être que c’est générationnel, parce que personne dans ma démographie (urbaine, éduquée, secteur de la technologie) ne semble s’intéresser à l’or.

En examinant le marché plus en détails, la démographie des acheteurs de lingots d’or semble avoir entre 40-65 ans (source.) En tout cas, il s’avère que dans les périodes d’incertitude politique, comme le Brexit, les ventes d’or régionales augmentent. (source.) Les gens semblent acheter de l’or et certains facteurs de motivation plus importants semblent être basés sur la peur. Par exemple, l’or peut être considéré comme une police d’assurance basée sur la méfiance vis-à-vis des monnaies nationales basées sur rien d’autres que les dépenses et la dette publique.

Je vais mesurer cela comme la quantité exceptionnelle de lingots d’or et de lingots privés et ne pas inclure les bijoux. Alors que les gens achètent des bijoux en or comme une réserve de richesse (ils peuvent être fondus plus tard si nécessaire), il est difficile de les différencier des étalages de richesse, de mode ou de coutumes culturelles (voir: bagues en diamant). Le Bitcoin est un entrepôt de valeur très abstrait et « non-sexy » (ne se porte pas…) qui se rapproche plus des pièces d’or et des lingots.

Les estimations de la quantité de pièces et de lingots détenus par des particuliers sont d’environ 28 000 tonnes métriques. (source, source.) Aux prix actuels de 1317 $ l’once troy d’or, cela revient à 1186 milliards de dollars.

Conclusion: 1186 milliards de dollars

Obtenir un nombre final

Tout d’abord, additionnons les contributions individuelles de chaque cas d’utilisation : 

280 G $ + 62 G $ + 1431 G $ + 102 G $ + 96 G $ + 1186 G $ = 3157 G $.

En outre, il est probable qu’un pourcentage de propriétaires Bitcoin a perdu ses clés privées sans aucune chance de récupération. Chainanalysis estime ce nombre à environ 3,8 millions de Bitcoins. (source.) Compte tenu de l’approvisionnement total final de 21 millions d’unités, environ 17,2 millions de unités seront ultimement accessibles.

Nombre final: 184,000$ par bitcoin.

Une grande partie de cette valeur provient de l’adoption en tant qu’actif de réserve. Dans le cas où cela n’arriverait pas, le nombre est de 100 000 $.

Publié originalement sur Medium

 

 

Commentaires